Caractérisation des herbiers aquatiques saumâtres lagunaires

Les études

Herbiers à Lampropthamnium papulosum (Crédit photo : A. LACHAUD)

Présentation

L’habitat « Lagunes côtières », milieu « naturel » typique des marais salants et salés, présente une grande variété de groupements végétaux et d’invertébrés, selon les niveaux de salinité rencontrés. Ainsi, on trouve au sein des bassins des végétations liées à un fort taux de salinité, dites hypersalines, telles que des herbiers de Ruppia sp. et des herbiers de Renoncule de Beaudot (Ranunculus baudotii) dans les bassins les moins salés dits « saumâtres ».

Les lagunes saumâtres constituent des milieux très importants pour la biodiversité et accueillent une faune et une flore riche et diversifiée. Pour les odonates, nous pouvons citer le Leste dryade (Lestes dryas), l’Agrion élégant (Ischnura elegans) et le Leste barbare (Lestes barbarus). En ce qui concerne les amphibiens, le Triton palmé (Lissotriton helveticus), le Triton crêté (Triturus cristatus), la Grenouille agile (Rana dalmatina) ou le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) peuvent y être observés. Enfin, les lagunes saumâtres accueillent l’espèce la plus menacée des marais salants : la Tolypelle saline (Tolypella salina). Les lagunes saumâtres contribuent ainsi à la richesse biologique des marais salants , il est donc primordial de les préserver.

Il existe actuellement des lacunes sur les conditions écologiques favorables à la conservation des herbiers des lagunes saumâtres (niveau d’eau, salinité, teneur en azote et phosphore…). L’amélioration des connaissances sur ces milieux particuliers est nécessaire pour mettre en place une gestion favorable au maintien et au développement de ces herbiers.

Herbiers à Tolypelle saline (Crédit photo : A. LACHAUD)  

Herbiers à Renoncule de Baudot (Crédit photo : A. LACHAUD)

Objectifs

L’étude a pour objectif de caractériser les conditions écologiques permettant la présence des herbiers saumâtres de l’habitat « Lagunes côtières » afin de définir les modalités de gestion hydraulique à suivre pour les maintenir voire les développer.

Avancement

L’étude a été réalisée entre mars 2019 et mars 2020. Le rapport est en cours de rédaction.

Résultats

En attente du rapport final.